El tiempo en La Gomera
Espace clients


Europe / Espagne / Canaries / La Gomera /
     

Geologie

Climat - Ressources - Culture - Histoire - Nature - Parc National de Garajonay - Espaces protegés
Faune - Flore - Geologie - Silbo Gomero

 

L'île de La Gomera est un édifice volcanique qui n'a pas connu d'éruptions depuis 2 millions d'années.

StratesAccumulation de couches de lavesIl a été formé par l'accumulation de roches venant de multiples éruptions antérieures, et s'élève à 5.500 m depuis le fond de l'océan. Comme il n'y a eu aucune activité volcanique récente, l'érosion de l'eau a creusé un réseau de profonds barrancos issus du sommet central de l'île. L' érosion marine a provoqué un important retrait de la ligne côtière, taillant des falaises abruptes de hauteur considérable.

Le Complexe Basal est la plus ancienne des 2 grandes unités géologiques qui composent l'île. Ce sont des roches sous-marines, formées alors que la terre n'avait pas encore émergée, et que les éruptions se produisaient sous la mer, et elles sont traversées par de nombreux dykes. Leur âge oscille entre 12 et 20 millions d' années.
Bombe volcanicLe Complexe Basal subit une poussée verticale et s'éleva au-dessus des flots, tout en étant soumis à une intense érosion durant chaque période d'inactivité volcanique. Actuellement, ses roches affleurent seulement en quelques points de la zone nord, comme la côte d' Arguamul où sont visibles ces laves d'origine sous-marine, dites "en oreiller".


Formation gazeuse volcaniqueLes éruptions à l'air libre reprirent il y a environ 10 millions d'années, formant l'autre grande entité géologique de l' île, celle des Séries Volcaniques. Ce sont des empilements de laves de grand épaisseur et des cônes volcaniques basaltiques. On y distingue 2 séries : l' inférieure, dite des Basaltes Anciens (entre 10 et 6 millions d' années), et la supérieure, dite des Basaltes Horizontaux (entre 5 et 2,8 millions d' années).
Le mirador del Palmarejo constitue un excellent point d'observation du contact entre ces 2 séries.

Le Roque de Agando avec Tenerife et Le TeideLe Roque AgandoLes empilements de lave de ces séries furent ensuite traversés par de grandes masses de magma, qui en se refroidissant en profondeur, formèrent des dômes de phonolithe de forment très variées. L' érosion a laissé à découvert ces structures sous-terraines, plus dures que les matériaux les entourant, et elles ressortent aujourd'hui de façon spectaculaire dans le paysage, pour former les impressionnants "roques", comme ceux de Agando, Ojila, la Zarcita, Roque Cano, Los Órganos et La Fortaleza.

 

F 11 ->
Usuario:    
Contraseña: